Miracle Morning – Ce qui nous empêche d’avancer

Ce blog ou cet article vous ont aidé ? Partagez !
  • 4
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    4
    Partages

Avancer…

« J’aimerais bien, mais c’est impossible ; mon cerveau a été endommagé et j’ai une mémoire à court terme épouvantable. »

(Miracle Morning, Hal Elrod, p.147/ p.127)

Le titre de cet article et la phrase que j’ai choisis en disent déjà long ! Quoique, dans le cas de H. Elrod ce n’est pas une si fausse excuse que cela puisque son accident lui avait endommagé physiquement son cerveau. Ce n’est pas pour autant qu’il en avait décidé d’en rester là ! La preuve avec son livre et sa réussite qu’on lui connaît…

Nous concernant, je pense que nous avons tendance à donner une, voire plusieurs, excuses de manière beaucoup trop automatique afin de ne pas faire les choses, pour avancer. Nous n’avançons donc pas et nous restons finalement défaitistes. Pour ceux qui ont pu lire mon histoire (sinon je vous invite à le faire en cliquant dessus 🙂 ) vous savez comment j’ai vécu mon burnout, mon anxiété et le début de ma dépression. Ce ne sont certes pas les résultats d’un accident de voiture, ni le fait d’avoir été renversé, rien de physique en soi, quoi qu’il en soit, quelques-unes des conséquences de mon burnout sont des problèmes d’anxiété, d’hypersensibilité, de concentration, de mémoire, de structurations de phrase à l’orale, entre autres…

 

Se larmoyer est une étape mais n’aide pas assez

Mais si je m’arrêtais à cette excuse « oui mais c’est à cause de ce que les autres m’ont fait subir que j’ai dû mal » cela ne m’aiderait en rien à aller mieux. « Oui, mais on doit me comprendre et m’aider« , ce qui est totalement vrai : on doit comprendre le mal des autres et pourquoi pas les aider, et comprendre c’est déjà énormément aider ! C’est ce qu’on appelle la compassion.

avancer vers la lumière
Clair de lune, espoir dans la pénombre

Je sais que pour certaines personnes ce que je vais dire pourrait sembler dur, tant pis, parfois il faut secouer le cocotier : on-doit-d’abord-s’aider-soi-même-pour-se-sortir-de-ses-problèmes. Pour donner une image, je dirais que lorsqu’on est dans les ténèbres, aussi noires soient-elles, il suffit de chercher la lumière pour finalement trouver ne serait-ce qu’une once d’un noir plus clair pour finalement se diriger vers la sortie.

 

La force d’avancer se trouve en nous

Je sais parfaitement que c’est ce « il suffit de » qui est le plus difficile à accepter, tout d’abord, comme point de départ. Et pourtant…

Pour les lecteurs du Miracle Morning, vous tomberez sur cette phrase :

« Ma mémoire était peut-être en partie épouvantable parce que je n’avais pas fait l’effort de croire qu’elle pouvait s’améliorer. »

Je trouve cette phrase totalement incroyable ! Elle implique plusieurs choses :

 

  1. La prise de conscience de H. Elrod qu’il participe involontairement au non-rétablissement de son état de santé ;
  2. L’aspect de la « croyance limitante » : ces affirmations négatives du type « je ne peux pas guérir parce qu’on m’a dit que », « je sais que ça ne marchera pas »…
  3. Comprendre qu’il est possible de faire des efforts par opposition à « je n’avais pas fait l’effort de croire » ;
  4. L’aspect inverse de la « croyance limitante » qui est d’avoir le droit de croire à l’amélioration.

 

Voilà ce que je retiens de cette phrase, d’autres choses doivent certainement en ressortir et je vous invite à partager vos impressions dans les commentaires (ci-dessous). Vous n’êtes pas encore convaincus par le pouvoir de résonance des mots dans votre cerveau ? Laissez-vous juste la possibilité de vous en convaincre.

 

Avancer sans culpabiliser

Attention, cependant à ne pas aller dans l’autre extrême qui est de se rendre fautif du non rétablissement de son état de santé.

Nous ne sommes pas fautifs lorsque nous sommes victimes de harcèlements.

Nous ne sommes pas fautifs lorsque nous sommes victimes de conducteurs imprudents.

Nous ne sommes pas fautifs lorsque nos parents ont été absents, violents ou autre.

Nous ne sommes pas plus fautifs lorsque nous succombons à épuisement professionnel.

Nous ne sommes pas non plus fautifs lorsque les différentes blessures du passé et du présent nous infligent déprime, dépression, angoisse, anxiété…

Il faut malgré tout faire la part des choses ! Car sinon, cela n’aura que pour conséquence de créer de la culpabilité totalement injustifiée. Et croyez-moi lorsque je vous dis que la culpabilité est injustifiée !

L’objet particulier de cet article est de se convaincre, et je me mets dedans en pleine immersion, que nous pouvons choisir d’aller de l’avant pour faire ce que tant d’autres sont parvenus à faire : surmonter ses problèmes. Il suffit de se répéter des phrases, des affirmations, positives en lieu et place des phrases culpabilisantes et démoralisatrices.

Courage ! Vous n’êtes pas seuls !

 

Nicolas HSK

 

*Modifications apportées le 21/10/2017 😀

 

miracle morning

Si vous voulez lire ce livre vous aussi, vous pouvez le commander sur le site de la :

fnac


Ce blog ou cet article vous ont aidé ? Partagez !
  • 4
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    4
    Partages

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.