Mes journées de burnie

mes journées de burnie
Ce blog ou cet article vous ont aidé ? Partagez !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Partant du principe que mon expérience peut apporter du réconfort à certaines personnes, je vais partager avec vous mes journées de burnie.

Cette envie de partage est venue lorsque, il y a peu de temps, on m’a demandé ce que je faisais de mes journées. Puisque je ne travaille plus depuis fin avril 2016, on pourrait croire que je ne fais plus rien. Ce qui est complètement faux. Je ne prétendrais pas travailler autant qu’avant cependant. J’ai d’abord appris à me connaître à nouveau pour savoir ce qu’il m’était possible de faire ou non.

Selon les périodes

Le contenu de mes journées a évolué selon les périodes. En mai 2016, j’occupais essentiellement mes journées à préparer un concours d’agent territorial. J’ai craqué au bout d’un mois. Je ne pouvais alors plus rien faire. Puis, j’ai sombré dans une dépression sévère.

 

dépersonnalisation - dépression - burnout - burnie

Été 2016

Ce fut la période d’un véritable enfoncement dans une vie antisociale. Les seules choses que je faisais alors étaient : de me lever (vers 9 ou 10h), prendre mon café, mes antidépresseurs, puis j’allumais la console de jeu. J’y restais la journée entière ainsi. Je m’en voulais d’être comme ça, mais il me fallait apprendre à l’accepter. Mon corps et mon esprit en avait besoin. Je m’endormais aux alentours des 21h. Mes journées de burnie étaient alors très restreintes.

Je continue le suivi par le psychiatre et la psychologue du CMP de ma commune. Ma femme me demanda un jour si je pouvais l’aider à étoffer ses cours (elle est enseignante). Ce que je fis avec ferveur. C’était pour moi une très bonne occasion d’occuper mes journées tout en faisant quelque chose qui me plaise plus que de jouer à la console.

 

Début 2017

Me sentant en forme j’interromps mes rencontres avec les médecins du CMP. Je ne voyais que mon médecin traitant. Je ne me souviens plus de mes journées précisément. Et je ne prenais plus de médicaments. (*Une période où j’aurais dû faire plus attention…)

Vers février-mars, j’ai la ferme intention de reprendre mes études supérieures, de terminer mon cursus universitaire. Un master m’intéresse en particulier, je commence alors à me documenter sur le sujet. J’avais repris mes permanences dans une association et je m’étais lancé dans l’écriture d’un journal. Également, j’avais enfin réappris à lire des livres.

 

Printemps 2017

Je fais une très grosse rechute. J’étais à deux doigts d’en finir avec la vie. Reprise d’antidépresseurs et reprise de rendez-vous avec les psys. Je ne me souviens plus de mes journées d’alors. Je faisais avec, au jour le jour, je pense.

Ce qui me revient en revanche à l’esprit, c’est d’avoir fait la connaissance du livre Miracle Morning, grâce à ma femme.

 

Été 2017

mes journées de burnie
1er mandala – ©Nicolas HSK

La visite de mon frère m’avait fait du bien, je sortais enfin de mon cocon; par obligation. Si bien que j’entrepris de créer un blog en août. Le Choix de Nicolas était ainsi né. J’avais passé l’été à colorier des mandalas, a mettre en place les conseils du Miracle Morning. Les notes que j’avais prises quelques mois auparavant allaient me servir. J’avais véritablement envie de faire quelque chose d’autre de ma vie.

Mes journées de burnie étaient alors essentiellement tournées vers :

  • la tenue du blog
  • la reprise d’une petite activité grâce à une association d’apprentissage en informatique
  • la concentration sur ma santé physique et mentale (marche, méditation…)
  • le début d’une réorientation professionnelle grâce à des cours à distance du CNAM
  • une nouvelle implication dans l’association de défense des consommateurs…

Pour faire court, je faisais en sorte d’avoir une certaine activité, presque de travail. C’est vrai que j’ai toujours été de nature à m’occuper avec des activités productives. Je ne peux pas rester devant la télé ou un ordinateur en attendant que les heures passent. Une attitude qui m’a interpellé, car je me disais que j’étais moi-même à l’origine de mon burnout. Cela aurait pu être vrai, et encore, si j’étais à mon compte. Or, ce n’était pas le cas et ce qui m’avait fait faire un burnout était la pression toujours plus grande quant aux chiffres et aux résultats.

journées de burnie - blog

Mes journées de burnie aujourd’hui

Dorénavant, et essentiellement depuis cet été 2018, voici ce que je fais durant mes journées :

  • Réveil (avant 8h), étirement, massage du visage
  • Préparation du petit-déjeuner, ou non si ma femme l’a fait avant
  • Lecture, méditation, quelques notes ou visite sur mes pages facebook…
  • Travail sur mes projets (blog, création de site internet, dessins…)
  • Permanence du mardi après-midi à la CLCV (défense de consommateurs)
  • Rendez-vous pour cours à domicile (Lormont Informatique Association)
  • etc.

En réalité, je fais beaucoup de choses. Surtout ces dernières semaines, depuis avoir appris la fin de mon arrêt de travail et des indemnités journalières. C’est à la fois une manière d’occuper mon esprit et de mettre les chances de mon côtés. Des chances utiles pour que je puisse rebondir.

 

Mot de la fin

Je m’aperçois que ce petit compte rendu de mes activités quotidiennes soulève d’autres questions. Il n’est donc pas impossible que je revienne sur certains points pour les développer.

En attendant, laissez-moi vos avis et vos commentaires en bas. Vous pouvez aussi expliquer vos journées de burnie à vous !

Partagez un maximum pour aider un maximum de monde et veuillez recevoir, Mesdames et Messieurs mes sincères bisous affectueux ! 😀

 

Nicolas HSK

 


Ce blog ou cet article vous ont aidé ? Partagez !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.