Burnout c’est quoi au juste ?

burnoutnicolasHSK
Ce blog ou cet article vous ont aidé ? Partagez !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La question peut paraître bête quand on la balance comme ça : burnout c’est quoi au juste ? Elle reste cependant fondamentale car il n’y a aucune maladie professionnelle liée à ce syndrome reconnue à ce jour en France. Les raisons pour qu’il ne soit pas reconnu ainsi ne sont pas nombreuses de fait.

En effet, il n’existe tout simplement aucun tableau des maladies professionnelles pour les maladies psychiques tel que le burnout (BO). Pourquoi ces pathologies ne sont-elles pas incluses dans la liste des maladies professionnelles ? Pourquoi parle-t-on souvent de syndrome d’épuisement professionnel ? Qu’est-ce que le BO ?

 

Tableaux des maladies professionnelles ?

tableaux des maladies professionnelles
Source : INRS

Ce sont des listes de maladies professionnelles reconnues par la Sécurité Sociale. Ces maladies sont répertoriées par classe. Ainsi, on retrouve, à ce jour, 14 listes différentes. Ces 14 tableaux (voir ci-dessus) regroupent des sous-catégories.

Il existe un tableau où apparaît le terme « pathologie psychiatrique« . On pourrait penser que l’épuisement professionnel, le BO, se retrouverait dans ce tableau. Or, il en est absent. La raison est simple et il suffit d’observer l’intérieur du tableau « pathologie psychiatrique » pour s’en rendre compte. Les maladies psychiatriques répertoriées peuvent directement être imputables à l’exposition d’agents dangereux, tel que le plomb ou certains gaz. De ce fait, la schizophrénie, qui est clairement un exemple typique de pathologie psychiatrique, ne peut être répertoriée dans l’un de ces tableaux.

En d’autres termes, l’affection psychique non inhérente à un agent clairement défini est absente des tableaux des maladies professionnelles. Pour en connaître les raisons, il est d’abord important de mieux connaître l’aspect d’une pathologie psychique

 

Les pathologies psychiques

Comme nous l’avons vu juste au-dessus, faire la distinction entre les différentes maladies psychiques est importante. Prenons l’exemple des pathologies du trouble de la personnalité comme précitée. Bon nombre d’entre elles font partie des maladies congénitales (présentes à la naissance), elles sont donc non imputables à un agent chimique durant une carrière professionnelle.

Puis, parmi les pathologies psychologiques il y a celles qui surviennent durant la vie des personnes malades. Il est par ailleurs récurrent de constater que très souvent les maladies d’ordre psychologique surviennent après un traumatisme. Parmi les maladies psychologiques on retrouve souvent (ce dont on entend le plus parler du moins) : la dépression, la paranoïa, les phobies diverses, la panique…

Il n’est donc pas toujours aisé de différencier, par exemple, un trouble de la personnalité/comportement telle que la schizophrénie, d’un trouble de personnalité/comportement tel que le délire paranoïaque. Les frontières entre les maladies psychiques sont souvent minces, rendant le diagnostic délicat.

 

Le burnout alors ?

burnoutLe syndrome de burnout n’est pas admis dans la catégorie des maladies psychiatriques « classiques », car ce n’est aucunement une maladie congénitale et ce n’est pas encore officiellement considéré comme étant une maladie tout court.

En fait, le BO c’est d’abord un amoncellement de plusieurs symptômes (d’où le terme de syndrome d’ailleurs) : épuisement physique et psychique (surmenage et harcèlement), dépression, dépersonnalisation… D’ailleurs, plusieurs de ces symptômes sont en réalité des maladies à elles seules.

 

Burnout ou épuisement professionnel ?

En France, il est de plus en plus récurrent d’utiliser le terme d’épuisement professionnel pour parler de BO. Personnellement, j’avoue avoir un peu de mal avec cette francisation. Pour deux raisons principalement.

La première est de l’ordre sémantique pure. Un épuisement est une absence de force, une absence d’énergie. Ce qui induit le fait qu’il suffit de se reposer pour se remettre d’une fatigue. Si la fatigue est très importante, que l’on est épuisé donc, il suffirait par conséquent de se reposer davantage. Ce qui ne suffit pas lorsque la personne a été atteinte du syndrome de burnout.

La deuxième raison est que le terme d’épuisement enlève à lui seul toute implication des personnes composant la sphère du travail à l’origine de ce syndrome « d’épuisement ». Avant de tomber de fatigue, il suffirait d’arrêter de travailler en quittant son poste à l’heure prévue dans le contrat de travail ? Cela serait donc de la faute de la personne « épuisée » ? Quand on s’épuise ainsi au travail, ce n’est pas par plaisir, c’est qu’il y a de l’enjeu. Un enjeu induit insidieusement, la plupart du temps, par la sphère professionnelle.

Dans son livre Le burn-out : une maladie du don, Pascal Ide cite les auteures Maslach et Jackson (1986) :

« Le burnout est un syndrome d’épuisement émotionnel, de dépersonnalisation et de diminution de l’accomplissement personnel qui peut survenir chez les individus qui travaillent »

Ce qui, me concernant du moins, correspond parfaitement aux ressentis que j’ai eu lors de mon BO. Le terme d’épuisement professionnel ne peut donc pas à lui seul englober une telle étendue de dégâts. Épuisé, nous ne ressentons pas pour autant une dépersonnalisation…

 

La reconnaissance en tant que maladie professionnelle

Cette reconnaissance devient donc plus difficile encore puisqu’on lui retire des symptômes dès le départ. Dès l’utilisation du terme épuisement. Comment un épuisement pourrait-il être reconnu comme étant une maladie ? Le raccourci peut sembler brutal mais la réalité est quand même là.

Aude Selly (auteure de Quand le travail vous tue et Burnout et après ?) a trouvé des mots justes au sujet du BO, de son BO, lors d’une entrevue avec L’Express.

« Le burn-out est un choc émotionnel, physique et mental qui fait valser votre vie »

Cela va donc bien plus loin qu’un épuisement physique ou psychique. C’est un traumatisme ayant des répercussions parfois sévères. Aude Selly avait fait une tentative de suicide, je n’en étais pas loin non plus. Malgré cela, un BO n’est même pas encore considéré comme étant une maladie, mais comme un syndrome; comme nous l’avons vu plus haut.

Avant d’être reconnu comme étant une maladie professionnelle, il semble donc important, dans un premier temps, de définir ce qu’est cette maladie. Pour cela il est nécessaire de prendre en compte les différents facteurs, à l’instar des produits chimiques dangereux, pouvant amener à un BO (sphère professionnelle).

 

Nicolas HSK

 

©Composition graphique : Nicolas HSK – tous droits réservés


Ce blog ou cet article vous ont aidé ? Partagez !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.