Retrouvailles avec moi -1 an

lumière au bout du tunnel et retrouvailles
Ce blog ou cet article vous ont aidé ? Partagez !
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage

Quel drôle d’effet cela m’a fait lorsque j’ai retrouvé cet ancien brouillon alors que j’attendais dans la salle d’attente de ma psy ! Il date d’il y a un an et quelques jours. C’est comme des retrouvailles avec mon ancien moi.

Je suis tellement heureux de me sentir si différent de ce que j’étais ! De constater combien je me sens mieux et plus fort, malgré mes blessures pourtant.

 

Le brouillon en question : étonnantes retrouvailles

Aujourd’hui, 25 septembre, j’ai beaucoup de mal à me réveiller le matin. Je ne m’endors pourtant plus à 2 heures du matin comme cela était le cas au mois de juin ou juillet. Je m’endors plutôt vers 23h minuit maxi. Il est impératif de savoir que rien n’est si facile, encore moins lorsque l’on doit prendre des médicaments pour aplanir les effets de la dépression et d’autres pour tempérer les angoisses dans le but d’éviter des attaques de panique. Car oui, plus d’un an après les premiers symptômes, la dépression et l’anxiété sont toujours présentes chez moi. Et ce n’est au fond pas une mauvaise chose, car si on en guérissait aussi rapidement que l’on guérit d’un rhume, on ne cesserait jamais d’être en dépression; comme on ne cesse jamais de choper un rhume à chaque changement de saison.

 

La dépression est une maladie particulière

Or, la dépression est une maladie qui demande une attention toute particulière, et surtout, beaucoup de temps. Et, quoi que peuvent dire votre entourage, votre médecin, votre employeur n’importe qui, vraiment n’importe qui, vous êtes le seul à savoir si vous allez réellement mieux ou non. Vous êtes le seul à savoir que vous avez 10 fois plus de risque de « rechute » que n’importe qui d’autre; et combien cela peut vous peser. Tous les autres ne peuvent connaître votre état de santé intérieur, moi-même je ne saurais le dire alors que je le vis !

Quand on voit une personne au nez rouge, les yeux enflés à moitié fermés. Quand on sent la chaleur de la fièvre à 10 mètres tout le monde sait que vous êtes malade. En revanche, quand on est en dépression, personne ne le voit. Au mieux,  il y a ces personnes capables de se douter qu’il y a quelque chose de profond. Celles dotées de suffisamment d’empathie, parmi votre entourage qui vous connaît le mieux. Malgré tout, elles ne peuvent certainement pas savoir ce qu’il se trame au fond de votre tête. Parfois, souvent en fait, la personne en dépression ne sait pas elle-même qu’elle commence à faire une dépression alors qui pourrait vous le dire ?

De même, et inversement, qui pourrait prétendre que vous n’êtes pas dépressif ? La dépression est l’une des maladies les plus sournoises. On ne la constate, vue de l’extérieure, que lorsqu’elle est à son apogée, c’est-à-dire lorsque la personne devient « folle » comme on dit souvent, ou « suicidaire » etc. Bref…

 

Maintenant c’est mieux

Le brouillon s’était arrêté là, et c’est ainsi que je le laisse. Je ne saurais retrouver le fil exact de mes pensées de l’époque. Relire ce brouillon ça a été réellement comme des retrouvailles avec une ancienne connaissance.

Mon rendez-vous avec ma psychologue s’est très bien passé. Il y a encore du travail et celui-ci est gratifiant. C’est donc un soulagement de voir la progression en deux ans. Tout particulièrement ces douze derniers mois. Ce soir, je peux m’endormir sur cette pensée très positive. 🙂

 

Nicolas HSK

 


Ce blog ou cet article vous ont aidé ? Partagez !
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.