Apprendre à (ne pas) écouter les autres

apprendre à écouter les autres
Ce blog ou cet article vous ont aidé ? Partagez !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

On dit souvent qu’il est bon de prendre conseil auprès d’autres personnes. Ce qui est fondamentalement vrai à mon sens. Cependant, il arrive parfois que les paroles des autres nous égarent en nous amenant là où nous ne voulions pas aller. On dit aussi « il y a à prendre et à jeter ». Un autre adage foncièrement juste. Comment apprendre à écouter les autres ?

 

Écouter les autres

Il est vrai que le fait d’écouter les autres peut nous permettre de prendre nos décisions dans les meilleures conditions. Nous ne pouvons pas tout savoir sur tout. Alors, absorber le savoir des autres est un exercice contribuant à la prise de la bonne décision. C’est dans ce sens qu’il est souvent répété qu’il faille prendre conseil.

Ceci est très bien à la condition de ne pas perdre sa propre parole au milieu de toutes celles des autres. Or, il n’est pas rare de se retrouver sous les « ordres » d’untel alors qu’à l’origine on ne lui demandait qu’un conseil. Un tel service peut s’avérer être à double tranchant. Pourquoi se retrouve-t-on dans ce piège ?

Je tenterai de répondre à cette question, qui est importante pour certains d’entre nous, car la perte de son propre poids dans le raisonnement peut causer une perte de confiance en soi.

 

Ne pas écouter les autres

Certaines personnes ne parviennent pas facilement à écouter les autres. Le plus souvent qualifiées de têtues, elles ont peut-être envie de se protéger des mauvais conseils qui se mélangent aux bons conseils, qui sait ? Peut-être que certaines de ces personnes ont été suffisamment échaudées pour ne plus vouloir écouter ce qu’on pourrait leur dire ?

Toujours est-il que certains d’entre nous n’écoutent pas les autres, ce qui peut parfois être dommageable quand on sait la richesse qui pourrait être apportée. Dans l’expression « il y a à prendre et à jeter », il y a donc du positif comme du négatif. Finir par ne plus écouter les autres c’est finalement tomber dans un autre piège.

écouter les autres

Apprendre à écouter les autres

Ce qui ressort de ma réflexion sur ce sujet est qu’il faut tout simplement apprendre à écouter. Un apprentissage cependant « plus facile à dire qu’à faire » pour obtenir le meilleur résultat possible. En tout cas, on peut aisément comprendre qu’écouter tout ce qu’on nous dit n’est pas la meilleure solution. Et que n’écouter personne n’est pas le mieux non plus. On ne peut assurément pas passer toute une vie sans prêter l’oreille à certains conseils.

 

Se protéger

se protégerLa solution, qui est d’apprendre à écouter, se concrétise par le fait d’écouter les personnes tout en posant une protection entre les paroles des autres et notre pensée. La première de toutes les choses à savoir et à comprendre est que nous avons besoin de protéger nos pensées. Dans nos pensées il y a notre point de vue, notre volonté et notre désir. Si on les laisse s’effacer face aux pensées des autres on devient alors des personnes dirigées par les pensées des autres. Tel est le piège de tout écouter en s’oubliant.

Or, notre parole a autant de valeur, ni plus ni moins, que celle de toute autre personne ! Prenez-le comme acquis. Vous avez de la valeur, autant que quiconque. Alors, pour éviter d’oublier de s’écouter à force d’écouter les autres pensez à vous protéger. Pour cela, il est nécessaire de croire sincèrement que nous valons autant qu’un autre. Quand je dis nous, c’est notre corps, notre esprit, notre personnalité, notre cerveau, notre savoir, c’est exactement tout de nous.

Le mieux pour se protéger, c’est de ne pas oublier notre propre point de vue ou ressenti avant de d’avoir entendu ceux des autres.

 

Remettre les choses et les gens à leur place

Il y a une place pour chaque chose et chaque chose a sa place. Idem pour les personnes. Nul ne peut se prévaloir de mieux savoir que vous ce que vous voulez ou ce dont vous avez besoin.

Il peut arriver que certaines personnes tentent non pas de vous conseiller, mais de vous obliger à ou de vous dissuader de. N’hésitez pas à leur expliquer que le dernier mot vous appartient. « J’ai bien entendu ce que tu as dit, je vais réfléchir/décider en connaissance de cause. » C’est le type de phrase qui ne peut pas blesser l’autre, puisqu’on lui dit clairement qu’on prend en considération sa parole, mais qui permet aussi de reprendre possession sur la décision finale.

Lorsque vous parviendrez à assimiler ce fonctionnement, qui sera bientôt vôtre aussi, vous vous sentirez beaucoup plus à l’aise en demandant conseil. 😉

 

Nicolas HSK

 


Ce blog ou cet article vous ont aidé ? Partagez !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.